Home


Bienvenue rue du Paradis


Maison tourangelle de caractère

Nous nous séparons de notre maison tourangelle sise à Villeloin-Coulangé, un village tranquille de quelque sept cents âmes proche de Loches et de Saint Aignan. Pendant de nombreuses années, elle nous a servi de maison de week-end et de base de télétravail lorsque nous habitions dans le centre de Paris.


La maison


Il s’agit d’une maison de village fort ancienne qui s’organise sur trois niveaux composés chacun de deux espaces, de chaque côté de l’imposant mur de refend. La superficie de chaque niveau est d’un peu plus de cinquante mètres carrés, mais la surface habitable est évidemment plus réduite, notamment au second étage qui est mansardé, et s’établit à environ cent dix mètres carrés. Il subsiste dans la maison de nombreuses traces du passé, comme la mangeoire des animaux, le brasier, l’évier extérieur, ou encore la petite porte réservée à la volaille. 

La maison dispose aujourd’hui de deux modes de chauffage : électrique (radiateurs Acova à fluide caloporteur) et bois (deux poêles danois au rez-de-chaussée et premier étage). Le chauffage électrique maintient une température de 12 degrés Celsius environ lorsque nous sommes absents, alors que les poêles suffisent à maintenir une température confortable dans toute la maison une fois que les murs sont réchauffés. L’électricité et la plomberie ont été mises aux normes contemporaines, et la toiture a été entretenue régulièrement.

Précisons encore que le bien est habitable en l’état, et passons à la description des trois étages de la maison.

Rez-de-chaussée

Le rez-de-chaussée abritait jadis les animaux domestiques, vache et volaille. Aujourd’hui il comporte un atelier/cuisine d’été de 20m2, un bureau/chambre de 21m2, et une salle d’eau avec douche et wc de 4m2. La porte d’entrée principale donne sur le bureau alors que l’atelier dispose de sa propre sortie sur la cour.


Bureau / Chambre 1


Premier étage

Le premier étage est accessible par deux escaliers, intérieur et extérieur. L’escalier extérieur, traditionnel en Touraine, est recouvert de pierre de pays taillée. Il permettait autrefois d’accéder directement à l’étage d’habitation des propriétaires, et nous lui avons rendu cette destination. L’étage comporte aujourd’hui un séjour avec cuisine ouverte de 21m2, un salon/chambre de 20m2, une salle de bain avec wc de 4m2.


Cuisine /salle à manger



Salon / chambre 2


Deuxième étage

Accessible par un escalier donnant sur le séjour, le second étage (naguère grenier à foin) comporte une chambre mansardée de 25m2 au sol et un grenier de 20m2 qui peut aussi faire office de dortoirs d’enfants.


Chambre 3



La cour et le jardin


La maison s’ouvre sur une petite cour pavée fermée d’un mur de pierres. Comme souvent en Touraine, le jardin de 1200m2 environ n’est pas attenant. Il est situé en face de la maison, de l’autre côté de l’impasse qui dessert deux voisins. La partie basse du jardin, qui jouxte la ruelle, sert d’aire de stationnement pour deux, voire trois véhicules. Le tiers environ du jardin est constructible. Dans sa partie haute, celui-ci est orné d’un tilleul centenaire et de quelques fruitiers. Nous y avons cultivé un potager très productif, arrosé de l’eau tirée d’un puits situé sur le terrain.


Cour



Potager



Aspects pratiques


Impôts locaux

Taxe foncière 2018: 549 euros

Taxe d’habitation 2018 (résidence secondaire): 546 euros

Accès de Paris

La maison est à 2 heures de Paris Montparnasse en prenant le TGV jusqu’à Saint-Pierre-des-Corps pour y retrouver une voiture laissée au parking de la gare. En changeant pour le TER à Tours il vous faudra entre 2 heures 30 et 3 heures pour arriver au but.

En voiture, la maison est à 3 heures du centre de Paris par l’A10, si toutefois la sortie de Paris se passe bien…

Elle est à 4 heures de la gare d’Austerlitz en prenant le TER jusqu’à Loches, avec changement à Tours, et en terminant en voiture ou taxi.

Environnement

Le village

Le village est traversé par la rivière Indrois. Il comprend des commerces de proximité, une pharmacie, une maison médicale, une école primaire, et une église en assez mauvais état, comme beaucoup d’autres. Les cloches n’en continuent pas moins de résonner pour l’angélus.

Nous avons constaté avec plaisir que le village se repeuplait depuis quelques années, profitant de sa proximité avec les bassins d’emploi de Loches et du zoo de Beauval. Il n’en reste pas moins extrêmement tranquille.

Construite sous le règne de Charles II et consacrée par l’archevêque Hérard en 859, l’abbaye Saint-Sauveur fut au Moyen-Âge un centre religieux majeur. Il en reste de beaux vestiges, notamment la porte sud et les bâtiments qui l’entouraient.


Porte de l’Abbaye Saint Sauveur


D’après une photographie de Tatmouss sous licence CC BY 3.0

Les alentours


À 2 km, le château de Montrésor


D’après une photographie de Manfred Heyde sous licence CC BY-SA 3.0


À 20 km, le ZooParc de Beauval


D’après une photographie de  Medium69 (William Crochot) / Wikimedia Commons sous licence CC BY-SA 4.0


À 30 km, le château de Valencay


D’après une photographie de Jean-Christophe BENOIST sous licence CC BY 3.0


À 30 km, le château de Chenonceau


D’après une photographie de Ra-smit sous licence CC SA


Et à 50 km, Amboise et le Clos Lucé


D’après une photographie de Wolkenkratzer sous licence CC BY-SA 4.0